Au XVI ème siècle, le compositeur Clément Janequin est le premier à reproduire les cris de Paris, cris des petits métiers de la ville. Jusqu'au XIX ème siècle, les marchands ambulants, les gagne-deniers et autres métiers de la rue, sillonnent la ville en signalant leur passage aux habitants, par leurs cris. De nos jours, seuls le vitrier et le rémouleur sont encore visibles et audibles dans certains quartiers de la capitale. Cette chanson constate avec mélancolie la disparition de ces professions. On croise ainsi au détour d'un couplet, le vendeur de mouron (plante qui sert à nourrir les oiseaux), le marchand d'oublies (petites pâtisseries rondes proches des gaufres), le vendeur d'orviétan (poudre médicinale miracle d'un certain Christophe Contugi, vendue au XVII ème siècle sur le Pont-Neuf) ou la cardeuse de matelas (celle qui ouvre les matelas, sépare les fils de laine et de coton pour redonner du volume à l'ensemble, avant de recoudre l'enveloppe de toile). L'auteur, Pierre Philippe, mêle avec délices à ses métiers d'antan, ceux de son imagination cocasse.
© Le Hall de la chanson
Auteur : Pierre Philippe
Compositeur : Juliette Noureddine
Interprète : Juliette
Durée : 4'41

Editeur : Le Rideau Bouge/Lyes Musique
Producteur : Le Rideau Bouge/Lyes Musique
Référence du disque : MT102
Date d'enregistrement : 1993