L'exploitation des mines de charbon commence au XVIIIème siècle en Allemagne, en France et en Angleterre. A partir de 1750, les mines étant de plus en plus profondes, les mineurs s'exposent à des risques quotidiens : écoulements, inondations, asphyxies, coups de poussières. Celles-ci, mises en suspension et accidentellement enflammées, peuvent exploser et tout dévaster. Certains gaz sont également nocifs à l'intérieur des mines comme l'oxyde de carbone et le grisou, un gaz chimiquement proche du méthane et qui se diffuse très discrètement de certains charbons. Ainsi à Courrières, dans le Nord-Pas-de-Calais, la plus grande catastrophe a lieu en 1906 avec 1099 morts à la suite d'un coup de grisou. Au milieu du XX ème siècle, en dépit d'un matériel plus perfectionné (lampes de sûreté, ascenseurs, foreuses), les conditions de travail restent difficiles et dangereuses. Cette chanson fait briller l'inspiration d'Henri Contet toujours faite d'opposition pathétique et d'humour. Ici, il fait jouer l'opposition du noir et du blanc, du soleil et de la nuit, sur une orchestration qui est à elle seule le bruit de la mine.
© Le Hall de la chanson
Auteur : Henri Contet
Compositeur : Louiguy
Interprète : Edith Piaf
Durée : 3'14

Editeur : Salabert
Producteur : Polygram
Référence du disque : 834506-2 / PY914
Date d'enregistrement : 1944