Grande figure de la chanson révolutionnaire du début du XX ème siècle, Montéhus, voit le jour en 1872, un an après la Commune, dans une famille d'ouvriers misérables, qui finit par compter vingt-deux enfants, dont il est l'aîné. Elevé dans ce contexte, il en reste marqué à jamais, et choisit son camp aux côtés des humbles, des miséreux et des exploités. Ses chansons "satiriques, sociales et humanitaires", voire antimilitaristes comme "Gloire au dix-septième", enthousiasment le public populaire. Dans "Ils ont les mains blanches", crée vers 1910, Montéhus, le chansonnier du peuple, comme il se nomme lui même, s'attaque aux nantis, les aristocrates et les hommes politiques, qui, à la différence de la masse ouvrière, gardent les mains blanches. Ils ne connaissent pas le travail en usine qui à cette époque peut durer douze à treize heures par jour, ni les mines de charbon par exemple, où l'on emploie les enfants dès l'âge de dix ans. A noter que dans cette version, le couplet anticlérical a été supprimé.
© Le Hall de la chanson
Auteur : Montéhus
Compositeur : Raoul Chantegrelet
Interprète : Montéhus
Durée : 2'53

Editeur : Montéhus & Editions Paul Beuscher
Producteur : EPM
Référence du disque : 982462
Date d'enregistrement : Vers 1912