Les cultures du maïs, du blé et de la canne à sucre sont introduites sur l'île de la Réunion par les colons de la Compagnie des Indes Orientales. L'évolution agricole est possible grâce aux esclaves qui, en 1830, représentent plus de la moitié de la population de l'île. La main d'œuvre est ensuite renforcée par les Malabars de l'Inde, puis par les Chinois. Les maloyas, chants créoles d'origine afro-malgache et liés au culte des ancêtres, sont hérités des esclaves qui les chantaient dans les cannes à sucre pour se donner du cœur aux travaux. Ils n'ont ni auteurs, ni titres et sont transmis de génération en génération. Le chanteur lance la première phrase et le reste de la bande reprend en chœur tandis que le "roulèr" (tambour) rythme l'ensemble. Longtemps interdits par les blancs, ces chants devenus contestataires revivent avec Firmin Viry et célèbrent ici l'abolition de l'esclavage, le 20 décembre 1848.
© Le Hall de la chanson
Auteur : Firmin Viry
Compositeur : Firmin Viry
Interprète : Firmin Viry
Durée : 5'31

Editeur : Label Bleu
Producteur : Label Bleu/Indigo
Référence du disque : LBLC 2548/HM 83
Date d'enregistrement : 1998