Jules Jouy (1855-1897) est l'inventeur d'un genre de chansons s'inspirant des faits d'actualité et destinées à être publiées dans les journaux socialement engagés comme Le cri du peuple ou Le parti ouvrier. La chanson ouvrière est à l'époque un genre si répandu que de nombreux compositeurs s'y exercent. Ainsi, Gustave Goublier, chef d'orchestre à l'Eldorado, puis aux Folies Bergères, accepte-t-il tout naturellement d'écrire la musique de "Fille d'ouvriers". La chanson décrit une vie d'ouvrière semée de malheurs (viol, alcool, prostitution...) depuis son exploitation à l'usine ("chair à travail") jusqu'à sa déchéance physique ("chair à scalpel"). Véritable appel à la révolte, elle dénonce les conditions de vie des ouvrières et condamne le patron, le comparant au tyran Héliogabale, un empereur romain dont le règne fut une suite de persécutions et qui finit assassiné par sa garde prétorienne. (c) Le Hall de la chanson 2001
© Le Hall de la chanson
Auteur : Jules Jouy
Compositeur : Gustave Goublier
Interprète : Michèle Bernard
Durée : 3'11

Editeur : Fortin/Ondet
Producteur : EPM
Référence du disque : VC99-10
Date d'enregistrement : 1994